La cuisine qui offre est EMILIENNE typique et dérive transmis par les anciens enseignements de la grand-mère Clarice,: soupes et pâtes fraîches à la base dE LA feuillette, rigoureusement traite à la main avec l’abaisse: tortellini, tortelloni, tagliatelles, lasagnes et pâtés en croûte, classiques au ragoût, chicorée et stracchino, agneau et légumes etc…). À chaque plat premier il vient jumelé un jus des goûts anciens, un pour tout le ragoût mythique: 4-5 heures de cuisson rigoureusement au feu lent.

Certains préparations naissent d’abbinamenti insolites mais gagnants, avec des goûts et arômes des particuliers tout et originaux, qu’ils dérivent de la “contamination” heureuse de la cuisine Haut-Altesina. Les soupes célèbres de châtaignes et bolet, les gnocchi de navet rouge et saucisse naissent ainsi ou d’épinards et gorgonzola doux ou les tortellini avec sauce d’asperge et polpettine aromatisés. Sans compter les bouillons des soupes où noyer le goût du pain grillé ou oublier les riche et hors-d’oeuvre savoureux à base de crescentine et charcuteries mixtes, croûtes et gâteaux salés.

Les secondes peuvent changer des grillades mixtes de cochon et boeuf aux recettes les plus élaborées comme les rôtis farcis aux oignons ou en sauce de miel et noix, les filets de cochon aux champignons et truffe ou au vinaigre balsamique ou ancre, les roulades aromatisées ou les bouillis de boeuf. Pendant que la pâtisserie conclut chaque repas avec toutes ses variantes:  tartes moelleuses et parfumées, dessert à la cuiller comme le crême caramel ou les crèmes cuites, gâteaux de crème patisserie ou fruits frais.